lundi 28 mars 2016

Le baptême adulte - La concrétisation

Voilà, après presque 2 ans d'aventure, de catéchisme et de cérémonies en tous genres, j'ai été baptisée samedi soir, à l'occasion de la veillée pascale. 

La messe se déroule comme suit : après avoir allumé un grand feu de joie à l'entrée de l'église et y avoir allumé le cierge pascal, toute l'assemblée se partage la flamme de cierge en cierge jusqu'à ce que toute l'église soit illuminée. 

Après différentes lectures et l'homélie, l'eau est bénie et nous nous avançons vers l'Autel pour recevoir le baptême. Nous quittons notre écharpe violette d'appelés. Nous acceptons le baptême, rejetons le Diable. Nous sommes aspergés d'eau  et notre marraine nous revêt de l'écharpe blanche du baptisé. Notre parrain (ou encore ma marraine, de mon côté) allume un cierge au cierge pascal et nous le confie.

En tant qu'adulte, nous sommes ensuite confirmés. L'ensemble des prêtres (oui, ils étaient 4 au total, rien que ça !) nous imposent les mains et nous fortifient dans notre foi. Nous sommes ensuite oins d'huile sacrée puis on nous revêt ensuite de l'écharpe rouge du confirmé par dessus la blanche. 

Enfin, nous avons droit de communier pour la première fois. Nous recevons l'eucharistie - le corps du Christ - et nous buvons au calice - le sang du Christ. 

Ce fut un moment intense dont je me souviendrai toute ma vie. La présence de mes parents, de ma famille, de mes accompagnateurs et amis qui m'ont soutenu pendant toute cette aventure, les prêtres avec qui j'ai partagé beaucoup de moments... Tout était parfait. 

Concrètement, est-ce que ça change vraiment quelque chose d'être baptisée ? 


Bah à première vu, oui, j'ai envie de te dire. Je suis animée d'une flamme nouvelle, purifiée et acceptée dans une nouvelle communauté. Je me suis réveillée le lendemain matin avec un feu de joie dans le bide et un sentiment d'apaisement profond. 

Tout ira bien maintenant. 

Je suis en paix avec moi-même. J'ai comblé une case vide depuis l'enfance. Même si j'ai charrié mes parents en leur disant que j'avais du "faire leur boulot à leur place", je ne leur en veut pas du tout. Bien au contraire. J'ai fait ce cheminement quand je me suis sentie prête, apte à comprendre tout ce qu'il impliquait et j'ai vécu de grands moments que peu de chrétiens vivent. J'ai eu un pincement au coeur en rencontrant certains catéchumènes qui vivaient tout cela pour des raisons pratiques de mariage notamment. J'ai trouvé ça triste. Moi j'ai vécu ces 2 ans intensément. Ce fut une grande introspection, parfois douloureuse, mais toujours instructive. Je regrette que ce soit terminé, même si je sais que tout cela n'est qu'un commencement dans ma nouvelle vie.

Pour conclure, si tu vis entre deux eaux, si tu ressens une gêne quand tu dois dire que tu n'as pas été baptisé, si tu te sens plus croyant que certains baptisés mais que le baptême adulte te fais peur... J'ai envie de te dire, tente le coup. Toutes les paroisses ne sont pas aussi tolérantes et ouvertes que la mienne. Mais j'ai vécu une expérience extraordinaire que je souhaite à tout le monde. Et aujourd'hui, plus qu'avant, je vais aller à la messe la tête haute, en ayant enfin l'impression que j'y ai toute ma place. 

Je suis là où je devais être. 

Je terminerai avec la phrase avec laquelle tout à commencé, celle qu'à prononcé un des prêtres de ma paroisse quand j'ai fait la préparation du baptême de Brugnon il y a 3 ans : 

"Même si tu n'es pas baptisée, Dieu te voit. Mais tu es dans une pièce sombre, cachée dans l'ombre. Le baptême, c'est comme allumer un projecteur pour guider le regard de Dieu sur toi. Il te verra mieux. Il te guidera mieux."

 

3 commentaires:

  1. Toute mes félicitations pour cette nouvelle naissance!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis heureuse de savoir que tout s'est bien passé pour toi. Bonne route sur ce chemin que tu as choisi!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés alors ne t'inquiète pas s'ils mettent du temps à s'afficher, je suis pas toujours là mais ça finira par arriver et j'y réponds (presque) toujours !